Le contenu de la semaine – le courage d’élever un enfant handicapé

Opium3 est notre membre vedette de cette semaine avec son sujet sur l’handicap. Elle s’est appuyée sur un article traitant du témoignage de Philippe Lefait, père d’une fille handicapée, pour demander aux toluniens leur sentiment sur l’arrivée d’un enfant handicapé au sein d’une famille.

29b1ce0c-8340-41e0-a325-830e850b490d_x365

On remercie les membres de Toluna pour leur honnêteté dans leurs commentaires.

leeroyazerox Je suis quelqu’un de très sensible au malheurs des autres j’ai des personnes handicapés dans ma famille c’est difficile à vivre par moment mais il sont tout aussi attachant qu’un(e) autres alors oui mais je m’assurerais d’avoir suffisamment d’argent et de temps pour qu’il (elle) vive sans nécessité.
biancaflora Il n’est pas question de courage lorsqu’il s’agit de ton enfant simplement d’amour…
popoche89 Je ne pense pas qu’on puisse abandonner son enfant sous prétexte qu’il est handicapé. cela doit être très dur de l’élever mais si l’amour est là, je pense que n’importe qui peut le faire. le plus dur c’est le regard et les commentaires des autres.
Winnie53 Mon fils ainé va avoir 21 ans au mois d’avril et il est autiste reconnu handicaper à 80%. Nous avons découvert son handicap vers ses 3 ans et depuis nous avons rencontré beaucoup de difficultés avec des hauts et des bas, des hospitalisations… .Maintenant il est adulte, nous devons nous en occuper comme un petit enfant, et le regard des gens n’est pas toujours sympa quand il le voit. heureusement il ne s’en rend pas compte. Mon fils malgré ses différences j’en suis très fière, il est très affectueux; agréable, souriant et tout le monde l’adore.
fabienne401 Si j’avais eu un enfant handicapé, je l’aurais élevé sans aucun doute. Je suis auxiliaire de vie et de ce fait, je me suis occupée de 2 enfants avec des handicaps très lourds, nourris par sonde gastrique, etc… L’amour de leurs parents est intense, très protecteur. Mais, en général, ils sont obligés de placer leur enfant en semaine dans un centre spécialisé, et ils récupèrent leur enfant le week-end. C’est très difficile, il faut beaucoup d’amour.
lune 31 Pareil que Cacsof, très émue, cette histoire est touchante, émouvante. Je suis incapable d’élever un enfant handicapé, j’ai déjà encadré des handicapés, et j’ai arrêté car trop difficile pour moi, trop sensible, cette expérience me permet de répondre à ta question. tu vas me dire qu’ils n’étaient pas les miens, certes, mais la difficulté je l’ai connu, les sentiments, je me suis attachée, mais trop dur pour moi, et physiquement, et psychologiquement. merci pour cette découverte.

N’hésitez pas à venir partager votre opinion sur la discussion d’Opium3.

Si vous souhaitez proposer une création, qu’elle soit la vôtre ou celle d’un ami, n’hésitez pas à publier le lien ici !

A bientôt pour le prochain contenu Spotlight.

L’équipe Toluna.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :